III. La trace

 

Le 4 août 2050

De retour à l’appartement avec Janet j’ai voulu écouter les messages téléphoniques du répondeur-enregistreur.
Rien. Les voix ne me rappellent personnes.
J’ai téléphoné à tous les numéros de mon agenda. J’ai proposé à tous les gens qui se souvenaient de moi de nous rencontrer. J’ai rendez-vous dans deux jours avec eux.

Rapport médical de Mademoiselle Janet Maurice

Dans le cadre de mon activité j’ai aujourd’hui accompagnée la patiente E.D. à son domicile.
Elle a aujourd’hui pris des initiatives. Nous sommes parties dès la fin de son déjeuner.
Elle a souhaité ouvrir elle-même les portes de son domicile. En entrant elle s’est comporté comme si c’était son domicile (ouverture des fenêtres, rangement, ménage). Elle a trouvé son répondeur-enregistreur. L’écoute des messages lui a donné l’idée de contacter les personnes de son passé. Elle a donné rendez-vous à l’ensemble des personnes qui se souvenait d’elle et qui par conséquent devait avoir un lien plus ou moins proche avec son existence passée.
Dans deux jours nous renouvelons l’expérience.

Automne 2050

Compte-rendu médical du Docteur Martin

E.D. notre patiente dort chez elle depuis quelques jours. Mademoiselle Janet Maurice, infirmière, est restée auprès d’elle la première nuit. Depuis, E.D. est seule une grande partie de la journée. Elle recherche activement du travail. Nous lui avons proposé de la suivre quotidiennement. Ainsi, si elle le souhaite, chaque matin, nous l’écoutons, l’encourageons. Sa mémoire occulte toujours le passé. En relation avec l’université de Kiev, j’attends la visite d’un chercheur russe, spécialiste des désordres neurologiques. Je souhaite qu’il rencontre E.D.

23 septembre 2050

Mes parents avaient une maison de famille. Elle m’appartient maintenant. C’est ce que m’a annoncé le notaire. Mais il avait une autre nouvelle pour moi. Je dois le rencontrer. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu peur. Spontanément, je n’ai pas souhaité prendre un rendez-vous dans l’immédiat. J’ai besoin de réfléchir, d’appréhender quelques heures l’impact que peut avoir une nouvelle sur moi. Je vis depuis des mois sans passé concret, orpheline, sans identité. Dans une autre vie, j’étais journaliste. Le docteur Martin m’a proposé de faire confiance à mon corps. Les habitudes sont instinctives et il serait souhaitable que je reprenne toutes les étapes de mon existence, retourner à mes anciennes adresses, il me faut rechercher l’origine.